Une rentrée 2018

Dans la boîte aux lettres, à mon retour de vacances, j’ai trouvé :
Couleur Colère, un album magnifiquement illustré par Amandine Piu sur un sujet qui est contenu dans le titre (incroyable !) – à paraître chez Flammarion / Père Castor le 29 août ;
Mes 150 pourquoi sur les animaux, un album documentaire illustré par Stéphane Nicolet – même éditeur, même date, le hasard des programmations…
– enfin, un joli étui contenant trois premiers tomes de ma série Mes premières enquêtes, illustrée par Maud Riemann – à paraître chez Auzou à la mi-septembre sous le titre compilation 1, presque le titre d’un tableau d’art abstrait !

Mais ce n’est pas tout ! Dans ma boîte à lettres, j’ai trouvé aussi l’édition roumaine des Réseaux sociaux, comment ça marche ? – un livre illustré par l’irrésistible Half Bob et paru chez Fleurus –, qui rejoint ainsi l’édition espagnole sur mon étagère. J’attends maintenant avec impatience les éditions russe, tchèque, turque, chinoise, coréenne et vietnamienne…
Idem (ou presque) pour mon autre titre dans la collection des Petites et grandes questions, De l’argent, pour quoi faire ?, illustré par Aurélien Cantou.

À mon retour de vacances, le facteur m’a enfin livré la “seconde” édition chinoise de mon roman, La sœur qui n’existait pas. Ben oui parce qu’il avait déjà été traduit en chinois de Taïwan (à gauche) ; dix ans après vient donc s’ajouter la version de la Chine populaire (à droite). Comme ça, il n’y a plus de jaloux ! L’éditeur taïwanais n’avait pas gardé les très belles illustrations de Frédéric Rébéna, l’éditeur chinois les a reprises pour l’intérieur, mais a tout de même fait refaire l’illustration de couverture. Étonnant, non ?

Finalement, ça fait plaisir de rentrer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*