Parution : Mes enquêtes à l’école de détectives

Début mars, dans les circonstances que l’on
connaît, sont parus chez Auzou à la fois le dixième tome de Mes premières enquêtes, Les pièges du labyrinthe, et le premier tome d’une nouvelle série : Mes enquêtes à l’école des détectives.

Cette nouvelle série s’adresse aux plus grands – je dirais du CE2 au CM2 – et reprend ce qui a sans doute fait le succès de Mes premières enquêtes, ou y a contribué : les codes secrets et les jeux de lettres. Oh, je n’ai pas à me forcer, j’ai toujours eu une prédilection pour les jeux de lettres : rébus, acrostiches, anagrammes, allographes, lipogrammes…  J’ai d’ailleurs consacré un livre aux rébus, Des rébus pour papa, chez Oskar, et un autre aux anagrammes, Les histoires de L’âne Graham, à paraître en juin chez Milan !

 

 

 

 

 

Dans ma nouvelle série, les deux héros, Jules et Chloé, vont à l’école de détectives : une école du dimanche, créée par un ancien détective privé à la retraite, pour les enfants du quartier.
D’autres professeurs y enseignent. Chacun a sa spécialité – les codes secrets, la filature, le relevé des empreintes… – et son surnom : Crypto, Incognito, Digito…
Une fois par mois les professeurs organisent un jeu de piste sur un thème, à charge pour chaque équipe de résoudre les différentes énigmes.

C’est ce “jeu de piste” qui est raconté dans chacun des tomes.
Le premier tome de la série a pour thème la filature…

 

 

 

 

 

et se déroule en grande partie au zoo.

          

Les illustrations, à la fois bien senties et très vivantes, sont signées Auren. Je suis vraiment conquis pour son travail !

Comme dans Mes premières enquêtes, le lecteur découvre et décrypte les énigmes en même temps que les héros. La compétition entres les différentes équipes ajoute encore un peu de suspense à l’histoire.
Pour l’auteur que je suis, l’une des difficultés consiste à faire exister et interagir les seize élèves de l’école. Il va me falloir quelques tomes pour y arriver…

 

Dans la crise épouvantable que nous traversons, la réussite du lancement de cette série est tout à fait secondaire. Mais puisqu’ici, je parle de ces livres, j’espère que le virus n’aura pas aussi tué la série, dont les ventes, après un bon démarrage, ont été stoppées par le confinement et la fermeture des librairies – J’ai une pensée pour nos malheureux libraires. Je suppose que s’ils ont apprécié le concept, ils ne retourneront pas trop vite le tome 1 !

Si tout va bien, le tome 2 paraîtra en octobre. L’action se déroulera en partie dans le métro parisien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*