Des rébus pour papa

Roman, dès 8 ans,
Éditions Oskar, janvier 2015
Illustrations d’Amélie Falière 

 

 

 

En deux mots :
Monsieur Dubroc vient d’être hospitalisé. Son fils, Lancelot, décide de ne plus dire ni écrire un mot tant qu’il ne sera pas guéri. En revanche, le petit garçon ne s’interdit pas de dessiner. Lancelot se met alors à communiquer par rébus… Une nouvelle organisation se met en place à la maison, comme à l’école. Mais il n’est pas si évident de se faire comprendre par le dessin…

Pour lire l’article de mon blog consacré à l’écriture de ce livre, cliquez ici.

Prix Cordages 2016 (Fécamp)


Pour connaître le prix du vente du livre et savoir s’il est disponible dans une des librairies du réseau, cliquez sur Place des libraires.


Quelques critiques sélectionnées en toute partialité :

    • Un article dans Nouveautés littérature jeunesse par Orbe (8 février 2015)
      Un livre original qui attire vite le lecteur. Dès la couverture, nous sommes plongés dans le monde des rébus. Il y en a environ un par page ce qui rythme avec plaisir la lecture, qui se transforme alors en jeu et donc en plaisir.
      Le récit évoque aussi les difficultés que nous aurions de communiquer autrement. Il donne envie de se mettre au rébus !

 

  • Un article dans 3 étoiles par Carole (24 février 2015)
    Quand les dessins remplacent les mots/maux…
    Des rébus pour papa, court roman d’Emmanuel Trédez, chez Oskar, on se prend à déchiffrer les rébus d’Amélie Falière avec plaisir. Créer une nouvelle communication quand on ne peut pas dire sa douleur, pour imiter papa, et pour fixer un point dans le temps jusqu’au retour. Récit sensible et touchant, où le jeu est je, où la liberté d’expression allège le chagrin.

 

  • Un article dans Butiner de livres en livres par LetterBee (6 mars 2015)
    Des rébus pour papa est un roman adorable, bourré de tendresse et d’amour familial. (…) Les rébus utilisés tout au long du récit sont à chaque fois traduits et apportent la pointe d’humour nécessaire pour garder sa légèreté au roman. Ce fut une très jolie surprise pour moi et je vous invite à le faire découvrir aux jeunes lecteurs dès 7 ans.

 

  • Un article dans 1,2,3 Loisirs.com
    Lancelot fait vœu de silence à partir de l’hospitalisation de son père, victime d’une attaque cérébrale.
    Pour lui, c’est le moyen de sauver son papa et l’aider à s’en sortir.
    Mais il ne s’interdit pas de communiquer sous forme de rébus. Ainsi il peut dire avec pudeur ce qu’il a du mal à exprimer.
    Petite histoire distrayante basée sur des faits de la vie quotidienne de Lancelot. A l’école, à la maison, chacun joue le jeu.
    Le lecteur déchiffre lui aussi avec joie les rébus, découvrant la solution dans l’histoire !