Parution : Le Monstre du lac

Depuis une semaine, le Monstre du lac aurait été aperçu plusieurs fois en librairie…

Le tome 5 de Mes premières enquêtes, chez Auzou, Le Monstre du lac, vient de paraître.
Enzo passe le week-end en forêt, près d’un lac, avec ses parents. Mais il apprend qu’un monstre vit dans les parages. Alerté par des messages codés, il décide de trouver le monstre lorsque son chien Max disparaît brusquement…

 

Voici un aperçu des illustrations forestières et formidables de Maud Riemann :

          

 

 

 

Parution : Le cachalot nage dans le potage

La semaine dernière, au moment où sortait (de l’eau) Le cachalot nage dans le potage dans un grand format qui lui sied à merveille, moi, j’étais sous l’eau. D’où ces quelques jours de retard pour annoncer sa parution.

Alors voilà, je suis très heureux de retrouver mon inspecteur gaffeur et grincheux. Oscar le cachalot a fait peau neuve : les nouvelles illustrations qui émaillent le livre, signées Jess Pauwels, sont à la fois très drôles et très mignonnes – ce qui n’enlève rien aux illustrations de Pronto, dans la précédente édition.

   

Ce roman est le quatrième titre de “ma” collection de polars parodiques, mais c’est le premier que j’ai écrit, il y a une dizaine d’années. À l’époque, Marc Boutavant avait failli l’illustrer. Hélas, ses dessins avaient été jugés un peu “enfantins” pour la tranche d’âge et surtout pas assez “anthropomorphiques”, ce qui n’est pas faux, comme on peut en juger sur l’illustration (inédite) ci-dessous. Marc était encore à l’aube de sa grande carrière…

Boutavant, Pronto, Pauwels…
Voici comment, chacun dans leur style, ces illustrateurs de grand talent ont interprété la scène du “préambulle” (oui, exceptionnellement, le mot s’écrit avec deux L) : après leur jogging matinal, Oscar le Cachalot et Dédé le Calmar s’asseyent sur un banc (de poissons) pour évoquer la retraite prochaine de l’inspecteur de police.

    

La classe ! J’ai été gâté, quand même !

Je regarde sans doute mon Cachalot avec les yeux de l’amour paternel, mais à le relire, je trouve que ce texte n’a pas pris une ride…

Dans la même collection :