Qui veut le cœur d’Artie Show ?

Roman, dès 10 ans,
Éditions Nathan, avril 2014
Illustrations de Glen Chapron

 

 

 

En deux mots :
Un serial lover au collège ? Les élèves mènent l’enquête !
Qui est Artie Show ? Depuis la rentrée, plusieurs filles de cinquième ont reçu une lettre d’amour portant sa signature. Mais leur admirateur mystérieux ne s’est jamais présenté au rendez-vous qu’il leur avait fixé… Suzy, Benjamin, Enzo et Louise, les journalistes du collège, décident de démasquer le serial lover…

Prix Bermond-Boquié 2015 (bibliothèques de Nantes),
prix littéraire du Giennois 2016,
prix Jeunes critiques libanais 2016 (salon du livre francophone de Beyrouth),
prix Antonin Perbosc 2018 (Auterive).

Pour lire l’article de mon blog consacré à l’écriture de ce livre, cliquez ici.

Pour entendre Zôé,
petite championne de la lecture 2016,
lire un extrait de mon roman sur la scène
de la Comédie-Française, c’est là.

 


Pour connaître le prix du vente du livre et savoir s’il est disponible dans une des librairies du réseau, cliquez sur Place des libraires.


Quelques critiques sélectionnées en toute partialité :

  • Un article sur le site francenetinfos.com par celine.durindel (15 mai 2014)

    Paru aux éditions Nathan, le 10 avril 2014, le roman jeunesse Qui veut le cœur d’Artie Show ? d’Emmanuel Trédez, entraîne les jeunes lecteurs, dès dix ans, dans une enquête que mènent des collégiens, qui recherchent un serial lover…

Nous sommes le mardi 1er octobre, au collège Condorcet à Châtillon, les élèves se lèvent tous dès que la sonnerie retentit, afin de jeter leurs affaires dans leur sac et se ruer vers la sortie, car il est 17 heures. Au premier rang Agathe, semble moins pressée que ses camarades, et range soigneusement ses affaires, tandis qu’un garçon, au troisième rang guette les faits et gestes de la jeune fille. Le jeune homme n’attend qu’une chose, qu’Agathe sorte de la classe pour lui faire sa déclaration d’amour. Enfin sortis, le garçon interpelle Agathe, mais tellement troublé et timide, il n’ose lui déclarer sa flamme et trouve une parade, pour ne pas paraître idiot devant sa bien-aimée !

La lecture de ce roman jeunesse est plaisante, le jeune lecteur suit deux narrations, tout d’abord, une classique, un regard extérieur qui explique et dévoile ce qui se passe, puis une seconde, c’est un jeune garçon qui écrit dans le carnet que sa mère lui a offert, il serait un amoureux timide, qui n’arrive à s’exprimer qu’avec des jolis mots écrits… Ainsi le jeune lecteur suit les déboires sentimentaux d’un jeune garçon, et d’un autre côté, une équipe de jeunes rédacteurs en chef qui publient un journal, et dans lequel ils vont mener une enquête pour démasquer un serial lover qui écrit des poèmes d’amour à quelques filles de cinquième… Une enquête prenante et amusante, que le jeune lecteur s’amuse à suivre, tandis que d’un autre côté l’enfant s’amuse à découvrir ce serial lover, dont on ne sait le nom, mais qui commence à avoir une réputation !

Voici une belle approche sur les sentiments, vu de deux façons différentes, Qui veut le cœur d’Artie Show ? est un roman fort sympathique où l’intrigue prend rapidement, un texte fluide et entraînant, pour un plaisant moment de lecture.

Un élève de 5e envoie des lettres d’admiration à des filles du collège et leur donne rendez-vous sous la statue du centre-ville. Il nous explique comment il tombe amoureux mais est très ennuyé de changer de cible souvent. Ces lettres finissent par être diffusées par Le Petit Condor sait, le journal réalisé par Louise, Suzy, Enzo et Ribeiro et les collégiens s’arrachent le journal pour savoir qui sera la prochaine victime.
Un très chouette roman sur les premiers émois d’un pré-adolescent. Les jeunes devraient s’y retrouver (même s’ils ne l’avoueront pas). Le lecteur découvre l’amoureux anonyme en même temps que les journalistes en herbe. C’est frais, bien construit, intéressant du point de vue itinéraire puisque le journal à la première personne alterne avec le récit à la 3è personne.

Artie Show, c’est le nom du serial lover qui envoie des poèmes aux filles de l’école dont il tombe amoureux. La première est Agathe, la deuxième Maélys, la troisième Oriane… Les demoiselles n’ont rien de particulier en commun à part qu’elles font chavirer son cœur. Cela intrigue beaucoup Suzy, Benjamin, Louise et Enzo dont le journal, Le Petit Condor sait, aurait besoin de booster ses ventes. Ces évènements tombe donc à pic et les enfants en profitent pour publier les courriers : un acrostiche et un calligramme tout d’abord. L’enquête a commencé et ils comptent bien démasquer le mystérieux amoureux.
En parallèle, Artie Show se confie à son journal intime sur ses sentiments, les difficultés qu’il rencontre à faire rimer les prénoms de ses « victimes » ou sur ses angoisses. Donner rendez-vous à quelqu’un est facile mais s’y présenter est une toute autre chose. L’ouvrage d’Emmanuel Trédez contient également les poèmes tels qu’ils sont construits par son héros et des pages du Petit Condor sait. Un mélange de genres littéraires qui rend la lecture ludique, dynamique et stimulante.

L’humour est également très présent dans cet excellent petit roman mettant en avant les premiers sentiments amoureux et leur complexité. Les révéler à la personne concernée est très difficile. Et si elle ou les autres se moquaient ? Et, au delà de cela, comment faire que cette déclaration ait un minimum de style ? Artie Show, lui, a utilisé ce qu’il a appris en cours, a transformé son savoir en un jeu romantique et est même devenu célèbre ! Quelle aventure habile et fraîche !

Qui veut le cœur d’Artie Show ? Des lettres d’amour circulent entre les mains de filles de cinquième. Signées Artie Show, elles déploient des styles poétiques différents et présentent son auteur comme un tombeur invétéré ! Cet inconnu au coeur d’artichaut est un véritable mystère dans la cour du collège que les journalistes du Petit Condor Sait décident de percer. A base d’étude graphologique, de fausses pistes, d’intuition, l’enquête des collégiens avance en suivant les égarements amoureux du poète. Presse de coeur et presse d’investigation, le journal s’arrache ! Finalement, l’identité du serial lover a-t-elle intérêt à être dévoilée ?
Emmanuel Trédez (Lire aussi Hercule, attention travaux !, En avant foot) a le chic pour mêler avec maestria les références dans ses récits. Ici, le lecteur dès 10 ans, va réviser sans s’en rendre compte, les formes de poèmes utilisés par les grands auteurs (l’acrostiche, le calligramme…), compter les pieds et chercher les rimes ! Avec beaucoup d’humour au bout de la plume, l’auteur embarque son lectorat dans une histoire d’amour plurielle où le mystère a un charme addictif ! De quoi ne pas lâcher le livre avant de connaître la vérité !

  • Un article sur le site Ricochet par Valérie Meylan

Des filles de 5ème reçoivent chacune à leur tour des lettres d’amour signées Artie Show dans lesquelles il leur donne rendez-vous. Mais chaque fois pour une raison ou une autre l’auteur de la lettre ne s’y trouve pas. L’équipe des journalistes du collège décide de se mettre en quête du mystérieux amoureux. Les lettres sont toutes différentes : la première, s’inspirant du Poème à Lou de Guillaume Apollinaire est en forme d’acrostiche, la deuxième est un calligramme en forme de cœur et ainsi de suite ; le serial lover met tout son cœur dans les lettres qu’il écrit persuadé qu’il perdrait ses moyens en face de la fille dont il est amoureux. Puis il se dégonfle avant le rendez-vous alors il déprime avant de tomber de nouveau amoureux d’une autre fille. Et c’est ainsi qu’un garçon on ne peut plus ordinaire se retrouve dans la peau d’un Don Juan malgré lui.
Écrit pour la moitié comme un journal et pour l’autre moitié comme un récit à la troisième personne dont les héros sont tous les autres personnages, on comprend bien les deux côtés de l’aventure mais on ne sait jamais jusqu’à la fin qui est l’auteur de ces lettres, les indices donnés dans le journal ne permettent pas de découvrir avant les enquêteurs en herbe qui est le mystérieux Artie Show.

Un tout joli roman plein d’humour, qui aborde délicatement les premières amours, à mettre entre les mains des filles et des garçons dès 10 ans.

Léger et drôle, tout en étant touchant et attendrissant, Qui veut le cœur d’Artie Show ? est surprenant dans son ensemble. Initialement adressé aux jeunes enfants, il fait preuve d’une maturité sans égal – le journal que tiennent les enfants, les réactions qu’ils trahissent -, avec une dose d’enquête policière et de mystère très agréable – la recherche du serial lover, et le voile noir qui recouvre l’identité du narrateur -, tout en étant mielleux et doucereux au niveau sentiments. Engagée dans cette lecture sans a-priori particulier, ce petit ouvrage jeunesse est surprenant et magnétiquement attachant. L’auteur mélange les genres littéraires : de la lettre épistolaire au récit traditionnel, en passant par les unes de journaux, il n’hésite pas à faire de même des sentiments. de l’humour à gogo, du suspense, de l’amour à revendre et une bonne dose de sympathie entre ces jeunes enfants bourrés de talents. Le narrateur, également protagoniste du roman ne divulgue pas son identité et reste dans le flou durant tout le temps de l’histoire, faisant planer un climat de doute et de mystère sur l’étonnante enquête engagée. Ce même protagoniste, surnommé Artie Show en l’honneur de l’expression « cœur d’artichaut », garçon timide et réservé, n’arrête pas de tomber amoureux en avouant ses sentiments à travers de superbes poèmes littéralement époustouflants. Les personnages, plus attachants les uns que les autres, nous entraînent dans des aventures sympathiques, moments nostalgiques de notre enfance anodine. Lecture rapide, sans prise de tête, agréable et marrante, je la recommande à tous les jeunes enfants.

De mystérieux poèmes d’amour Ecrire plutôt que dire. C’est également le point de départ de Qui veut le cœur d’Artie Show ? – en deux mots – ; vivifiant et intelligent roman pour les 10 ans et plus signé Emmanuel Trédez. Au départ, un quatuor de collégiens, journalistes en herbe ; ils se mettent en tête de démasquer le mystérieux auteur de poèmes d’amour qui déclare sa flamme, anonymement, à plusieurs filles du collège. Un texte joliment écrit, qui alterne les registres – la lettre, le journal intime, le dialogue, l’article, le récit. Et qui conduit à un joli dénouement. C’est chez Nathan.

  • Un article dans Un petit bout de Bib par Bouma (7 août 2015)

    Voici un petit roman intelligent, original et surtout amusant. Rythmé par l’avancée de la date, le lecteur suit à la fois les sentiments d’Artie Show via son journal (écrit donc à la première personne du singulier) et le récit de l’investigation des petits journalistes du Condor Sait (de manière plus traditionnelle avec un narrateur externe). On retrouve également dans chaque chapitre la dite lettre d’amour ainsi que la une du journal le Condor Sait. Beaucoup de styles narratifs sont utilisés pour mettre en lumière chaque amoureuse du serial lover (comme on le dit dans le texte), une par chapitre.Emmanuel Trédez m’a franchement séduite avec son intrigue bien ficelée et l’humour de ses jeux de mots. On sent qu’il s’est inspiré de ses souvenirs en les transposant à notre époque. L’ensemble du récit est crédible et si quelque fois le vocabulaire peut paraître élevé, c’est pour mieux l’expliquer plus loin.L’ouvrage devrait franchement plaire aux lecteurs à qui il est destiné.
  • Un article dans Palace of books (2 juin 2014)

    Quand je l’ai reçu, je me suis dit « chouette ça peut être sympa ! ». Malheureusement je l’ai fait trainer 3/4 semaines dans ma PAL et l’envie de le lire avait totalement disparu. Je me suis donc forcé à le lire et … Je ne le regrette pas! Ca a vraiment été une chouette découverte. Les personnages sont sympa à suivre, l’histoire rigolote. Et le gros plus que je n’avais pas vu venir, le côté pédagogique ! En effet le « serial lover » utilise des poèmes de diverse sorte pour « impressionner » sa cible. Et on va nous expliquer comment les réaliser. Une idée vraiment bonne, surtout pour la cible visée qui est les collégiens. C’est donc, comme dit plus haut, une chouette découverte ! 🙂