Le portrait du lapin

Album, dès 5 ans
Éditions Didier, octobre 2020
Illustrations de Delphine Jacquot

 

 

 

 En deux mots :

Lapin a décidé d’envoyer son portrait à la belette qu’il courtise. Il va trouver son ami Cochon, qui lui conseille de s’adresser au peintre Renard :

– Toi qui connais bien le monde de l’art,
Pourrais-tu me conseiller un peintre (je veux une star !)
Capable de me représenter sous mon meilleur jour
Et d’inspirer à une belette de l’amour ?

– Sans hésiter, je te recommande le peintre Renard :
Ce grand maître est au sommet de son art.
Va voir Âne, qui expose la plupart de ses tableaux.
S’ils te plaisent, je te donnerai son numéro.

C’est décidé, maître Renard peindra son portrait. Hélas, quelque temps après, Lapin est déconfit en voyant le résultat, car sur la toile, il ne voit rien que du blanc. Impossible de l’avouer à ses amis qui le complimentent sur la belle facture du tableau. Alors peu à peu, il finit par se ranger à leur avis. Et pourtant…

     

 

Un texte en vers et un hommage à Andersen. Avec des illustrations géniales de Delphine Jacquot.


Pour connaître le prix du vente du livre et savoir s’il est disponible dans une des librairies du réseau, cliquez sur Place des libraires


Quelques critiques sélectionnées en toute partialité 

Il était une fois un sieur Lapin qui vivait dans un manoir. Coup de théâtre, un matin, ce monsieur reçoit une lettre… d’Amérique ! C’est une jeune belette, une actrice qui souhaite l’épouser. Elle lui demande de répondre à sa proposition en lui envoyant son portrait. Ni une, ni deux, Lapin décide d’aller se faire tirer le portrait. Il demande conseil à son ami Cochon qui lui fait rencontrer Maître Renard… Un artiste très en vogue qui peint des tableaux très originaux… Lapin est circonspect… D’autant plus lorsqu’il découvre que Renard a peint un tableau monochrome blanc… Mais qu’importe, il ne connaît rien à l’art et tout le monde le félicite ! Avec Le portrait du lapin, Emmanuel Trédez nous propose une fable grinçante et cynique sur le monde de l’art et l’obsession du paraître. En effet, Lapin est un monsieur très riche mais qui ne connaît rien de rien à la peinture. Il va se faire rouler dans la farine par son ami Cochon et Maître Renard qui est un véritable escroc. Pour paraître « à la mode », par peur qu’on se moque de lui, Lapin accepte de payer « l’œuvre ». Tout est bien construit dans cet album, habile et fin. Le milieu mondain est particulièrement bien croqué, avec ses codes — ridicules —, son obsession de paraître « in » et la peur d’être mis sur le banc de touche. L’auteur nous conte cette histoire comme une fable morale (ou finalement, on ne sait plus vraiment qui est le plus cynique…). Delphine Jacquot habille ce récit en rime de ses couleurs et de son style si particulier ! Ces illustrations sont superbes, précises et très détaillées. Elle nous plonge dans une ambiance très début du XXe siècle, Cochon est une sorte d’Al Capone, Maître Renard ne quitte jamais son feutre vert. C’est un hommage rendu à l’Art Moderne, puisque, l’illustratrice a glissé de nombreux indices au fur et à mesure des pages : là, on retrouve un oiseau représenté à la manière de Kiki de Montparnasse, ici un blaireau façon Picasso, là-bas un mobile à la Calder. C’est beau, foisonnant et stimulant pour nos yeux… On en redemande !