Fiesta chez les vampires

Roman, dès 8 ans
Éditions Scrinéo, Les coups de cœur de Cassandra O’Donnell, janvier 2019
Illustrations de Marine Cazaux

 

 

 

En deux mots :
Yvan n’est pas un petit garçon comme les autres, c’est un vampire ! Lorsqu’il révèle son secret à son ami Maxime, ce dernier n’en croit pas un mot. Alors, pour lui prouver qu’il dit la vérité, Yvan décide de l’inviter à son goûter d’anniversaire, avec ses copains vampires.
Entre course de cercueils et gâteau au boudin, Maxime n’est pas au bout de ses surprises !

          


Pour connaître le prix du vente du livre et savoir s’il est disponible dans une des librairies du réseau, cliquez sur Place des libraires.


Quelques critiques sélectionnées en toute partialité 

  • Un article sur le blog Les lectures de Sophie (14 janvier 2019)

    Une jolie petite histoire, que l’on prendra plaisir à lire avec les enfants, notamment grâce au travail de la langue et aux jeux de mots.La mise en page est aérée, l’histoire joliment illustrée par Marine Cazaux, qui signe aussi la couverture.À la fin du livre, on trouve un petit lexique qui explique les mots et expressions moins courants. Car c’est une chose que j’ai particulièrement appréciée, l’auteur ne s’interdit pas d’utiliser des expressions, et de jouer avec les mots, sous prétexte que son roman est destiné aux très jeunes lecteurs. Il est beaucoup question de dents par exemple !

    Du fait du travail autour des mots, et de l’humour omniprésent, ce roman est agréable à lire même pour les adultes qui accompagneraient la découverte des enfants. C’est une jolie lecture, pleine d’humour, et quelques petits frissons, de peur mais pas que… On retrouve des difficultés et questionnements courants chez les enfants de 8-9 ans.

    Une chouette découverte que cette première lecture de la collection dirigée par Cassandra O’Donnell. Et aussi la découverte d’un auteur dont le style m’a bien plu. J’irai sûrement découvrir d’autres titres de la collection et/ou de l’auteur.

  •  Un article sur le site Kids matin du quotidien Nice matin par Aurélie Selvi (30 janvier 2019)

Yvan Cardula est le premier de sa classe. Mais à l’école, tout le monde se moque de lui. Pas à cause de ses bons résultats, non, non. À cause de ses… dents. De ses deux canines très très pointues. Deux canines de vampire ! Car il se trouve qu’Yvan en est un, pour de vrai.
Quand il confie son secret à Maxime, ce garçon sympa seul à le défendre quand on l’embête dans la cour, celui-ci ne le croit pas du tout. Alors Yvan l’invite le week-end suivant à une grande fête de vampires, organisée par ses parents dans son château familial. A condition qu’il se fasse discret en se déguisant pour ne pas se faire croquer…

C’est donc cette « fiesta chez les vampires » que nous raconte ce roman du même nom. Course de cercueil, combat vampires/mortels, goûter sanglant et boom endiablée… C’est une fête pleine de suspense, de rebondissements, de défis et même d’amour, à laquelle débarque par erreur la jeune Jennifer. Drôle, légère et écrite en gros caractères, cette histoire est le parfait moyen de lire un roman jusqu’au bout et sans en avoir l’air !

Auteur de nombreux livres pour jeunes et adultes, Emmanuel Trédez, qui signe Fiesta chez les vampires, est particulièrement fort pour utiliser et détourner des expressions de la langue française. Le petit plus de ce roman : toutes les expressions et les mots compliqués sont expliqués dans les dernières pages.

« Fiesta chez les vampires » est parfait pour les enfants dont la lecture est suffisamment fluide pour se lancer dans une histoire complète (dès 7 ans et demi/8 ans). L’auteur a fait en sorte qu’il n’y ait aucun implicite dans le texte, sachant que les jeunes lecteurs y sont très sensibles et que cela peut être un frein à la lecture.

Toutes les expressions ou vocabulaire moins usuels sont explicités en fin de roman avec un lexique vraiment très bien conçu. Enfin, une illustration pleine page à chaque début de chapitre est là pour aider les enfants à se représenter les personnages.

Si la forme est impeccable, de quoi parle Fiesta chez les vampires ? Yvan est un jeune et gentil vampire qui suit sa scolarité parmi les humains. La science a fait de nombreux progrès et tout ce qu’on pensait savoir sur les créatures de la nuit est désormais caduc. Pour autant, les vampires n’ont jamais révélé leur existence et Yvan doit cacher sa particularité. Sauf qu’avec une paire de canines proéminentes, il est la risée de ses camarades. Il n’a qu’un seul véritable ami, Maxime. Et en tant que meilleur ami, Yvan a décidé de révéler à Maxime la vérité. Mais évidemment Maxime prend cette révélation pour une farce. Bien résolu à convaincre son camarade, Yvan invite Maxime à une fête exceptionnelle où tous les invités seront des vampires. L’après-midi risque d’être pleine de surprises et peut-être un peu de danger…

L’auteur nous plonge tout de suite dans l’histoire et donne le ton avec de nombreux jeux de mots qui font sourire. Emmanuel Trédez ne boude pas son plaisir à jouer avec les mots et détourner des expressions. La formule fonctionne avec les enfants mais aussi avec les adultes. J’avoue, j’ai ri face à des tournures de phrases ou des calembours que je ne m’attendais pas à trouver dans un petit roman jeunesse. Un adulte peut facilement prendre plaisir à lire cette histoire avec son enfant et l’initier aux jeux de langage et au plaisir qu’ils suscitent.

L’histoire est très courte puisqu’elle se cantonne à l’après-midi de fête. Il y a toutefois de nombreuses situations cocasses et des petits rebondissements qui rendent l’histoire attrayante. En plus de nos deux héros, une petite invitée surprise va s’immiscer dans la fête, offrant de quoi s’identifier aussi bien aux lecteurs qu’aux lectrices. L’histoire se lit d’une traite ce qui est parfait pour les jeunes lecteurs qui ont encore du mal à pouvoir faire des pauses dans une lecture sans en perdre le fil.

Verdict ? Fiesta chez les vampires est une histoire très courte, amusante et toute mignonne. Il s’agit d’une première introduction au fantastique et permet d’aborder tranquillement des sujets comme l’importance de l’amitié ou la crainte de ce qu’on ne connait pas. Le travail très soigné pour faciliter l’entrée dans la lecture des jeunes lecteurs est vraiment appréciable et réussi. En somme, un roman parfait pour faire ses premiers pas en tant que lecteur.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre vite dans l’histoire qui est très bonne. C’est vraiment mignon et sous couvert d’une histoire légère, l’auteur aborde tout de même des sujets intéressants, notamment le harcèlement scolaire.
En effet, Yvan, du fait qu’il soit un vampire a les canines plus longues que la normale. Ce qui le rend différent et donc sujet à moquerie. L’auteur s’est d’ailleurs donné à cœur joie pour trouver des expressions en lien avec les dents ! Évidemment, Yvan ne peut pas dire la vérité au sujet de ses dents, sa nature de vampire devant restée secrète, pourtant, cela résoudrait ses affaires s’il pouvait expliquer pourquoi ses dents sont « si longues » par rapport aux autres enfants. Mais qui le croirait ? Car même son seul et unique ami Maxime, ne le croit pas lorsqu’il lui avoue la vérité. Quoi de mieux qu’une démonstration pour lui prouver ses dires en l’invitant à un goûter d’anniversaire où il n’y aura que des vampires ?
L’intrigue est bonne et bien menée. C’est mignon à souhait, même s’ils sont différents, les petits vampires aspirent à la même chose : s’amuser… c’est juste qu’en terme d’amusement et de goûter, ils ont d’autres goûts que les humains, comme vont le découvrir les deux seuls humains de la fête, Maxime et Jennifer qui s’est retrouvée par hasard à cette fête, suite à une erreur de destination de son père.
Quelques illustrations égayent le récit à chaque fin de chapitre, elles sont à l’image de la couverture, c’est vraiment très mignon et permet de s’imaginer quelques scènes décrites dans l’histoire. C’est presque dommage qu’elles soient en noir et blanc, ça aurait été super chouette en couleur.
En bref, Fiesta chez les vampires est un roman qui m’aura bien plu. C’est une jolie histoire, qui sous couvert de légèreté aborde tout de même un sujet plus dur, le harcèlement scolaire, le droit à la différence. Mais c’est également une histoire d’amitié et plus si affinité.